Aujourd’hui je fais partie de ceux qui ont adopté au quotidien ce que l’on peut appeler une alimentation saine. Comme toute chose, l’idée est de ne pas tomber dans l’excès même lorsqu’il s’agit de contrôler ce que l’on met dans son assiette. Mais je n’ai pas toujours aussi « bien mangé ».

Petite précision

Avant de rentrer dans les détails, je tiens à préciser que cet article participe à un évènement organisé par une autre blogueuse, appelé dans le milieu, un carnaval d’articles, et c’est Elodie du blog « recettes de sportifs » qui a proposé le sujet sur lequel j’écris :  « Le déclic qui m’a fait changer pour une alimentation plus saine et ce que ça m’apporte aujourd’hui ». Je t’invite à aller lire son article ici.

 

Avant les changements

Comme beaucoup de personnes, j’avais un « léger » penchant pour le sucré et pour le gras. Ces exhausteurs de gout avaient raison de mon éventuelle motivation à changer quoi que ce soit.

Ma seule préoccupation était mon poids sur la balance et tant qu’il restait stable à plus ou moins deux kilos ça m’allait. Bon je ne vais pas mentir, souvent ça frisait les  +4 kgs. Mais ça ne m’inquiétait pas plus que ça et je régulais en ayant des phases où je surveillais plus ou moins mes apports caloriques.

Ma préoccupation n’a donc jamais été réellement une alimentation « saine », parce que si on creuse vraiment de nos jours trouver quelque chose de sain, quelque chose que l’on peut vraiment contrôler c’est…comment dire? Compliqué!! Donc sain pour moi c’est en harmonie avec ce que je cherche et qui fait du bien à mon corps tout en le maintenant en bonne santé.

 

Le déclic :

J’ai toujours eu des problèmes de ballonnements, de ventre douloureux qui triplait de volume sans aucune raison apparente. Mais un jour c’est devenu quelque chose de régulier et c’était de plus en plus douloureux.  Je me réveillais avec la sensation d’avoir avalé un énorme rocher et avec le ventre gonflé. Par moment, le matin je mettais un vêtement (jupe ou pantalon) et quelques heures après je ne pouvais plus le supporter tellement j’avais gonflé et tellement j’avais mal.  Ça ne pouvait plus continuer ! Il fallait que ça s’arrête car être mal du matin au soir je n’en pouvais plus. J’ai donc fait des recherches et j’ai commencé à faire des changements.

Les produits laitiers

 

Google m’a informé (et oui Google est mon ami 😀  ) que les produits laitiers pouvaient causer ce genre de désagrément.

J’ai donc viré tous les produits laitiers du jour au lendemain. Et là, surprise ! J’ai retrouvé un transit qui fonctionnait on ne peut mieux. Je faisais partie de ce que l’on peut appeler les constipées chroniques 😳 … et pourtant je ne me qualifie pas ainsi dans la vie. 😉

Mais pour les maux de ventre et les gonflements rien…. Il fallait donc que je trouve un autre « coupable ».

Le gluten

 

Du coup j’ai fait d’autres recherches et c’est le gluten qui a été pointé du doigt.

Et là ça été presque « miraculeux » en quelques jours, plus de maux de ventres, plus de ballonnements et un transit toujours en bon fonctionnement.

Ça m’a couté énormément car le gluten est partout !!! Du jour au lendemain devoir supprimer tous ces aliments dans mon alimentation ça m’a couté énormément. J’insiste car ce n’est ne pas anecdotique. Énormément, car au niveau alimentaire  renoncer à toutes ses saveurs c’était compliqué, voire « douloureux » et aussi au niveau du budget. Quand on vit sur une ile comme la Réunion tout est plus cher. J’ai vu mon budget courses doubler. Et le pire c’est que je n’étais pas satisfaite du rapport gout/prix de ce que je mangeais.

Les bénéfices

Puis j’ai commencé à voir tous les bénéfices… finies les cochonneries. Je me suis dit stop ! Arrete d’acheter tous ses trucs sans gluten qui ne sont pas tous très bons et qui coutent chers. Et ils sont encore plus transformés que le reste.

Et j’ai donc diminué le sucre de façon « naturelle » de mon alimentation. J’ai énormément gagné, meilleure peau, meilleure forme, meilleure digestion et meilleure énergie. Et  j’ai de nouveau stabilisé mon budget qui s’était envolé en flèche.

L’alimentation de musculation ou la diète.

Du coup lorsque je suis passée à l’alimentation « spécifique » à la musculation il a fallu faire d’autres aménagements mais j’avais déjà enlevé le sucre de mon quotidien ça c’est donc passé plus facilement. Même si là on rentre dans d’autres modes de fonctionnement.

Aujourd’hui mes apports en glucides sont très controlés, mais je consomme beaucoup de protéines et pas mal de lipides. Je mange suffisamment et je supporte très bien ma diète au quotidien. Je deviens créative pour me faire des assiettes sympas malgré tout.

Oú j’en suis aujourd’hui? 

Je ne reviendrai pas en arrière pour tout l’or du monde.

Je suis en forme, je sais gérer mes envies de « cochonneries » et si vraiment j’ai envie de manger quelque chose, je le fais mais en restant raisonnable. De toutes façons mon estomac ne supporte pas les gros excès car il n’est plus habitué à tout cela.

J’ai gagné en vitalité, en santé et j’ai moins de gras et moins de cellulite. Je n’ai plus de comportements compulsifs. Oui je fais beaucoup de musculation. Mais la musculation sans de vrais changements dans l’assiette ça ne donne pas de grands résultats sur  le physique. Lorsque l’on combine bien les deux, on peut apprécier des résultats!

Je mange peu de gluten mais j’en mange de temps en temps et selon mon envie. J’ai compris qu’à le supprimer n’étant pas coeliaque (ceux qui ne peuvent vraiment pas se permettre d’en manger), je sensibilisais chaque fois plus mon organisme. Pour le sucré c’est la même chose ! Je ne consomme pratiquement pas de produits sucrés et très peu de fruits, donc une alimentation pauvre en sucre et en glucides. Comme « petit plaisir », je m’autorise un carré de chocolat noir à 85% par jour et c’est tout. Le sucre ne manque pas! Je mange suffisamment pour ne pas avoir faim et si vraiment j’ai envie de gouter au dessert de chéri doux je le fais. Si j’ai envie de manger quelque chose de gras ou de sucré, je choisis quelque chose qui va vraiment me faire plaisir et je passe à autre chose.

En conclusion

Je dirais que tous les excès et tout ce qui est radical me semble mauvais. (c’est mon humble avis et ça n’engage que moi). Je vois plusieurs personnes qui disent ne plus manger de sucre et elles consomment des fruits. Mais il y a du sucre dans les fruits! Et ça me semble très bien de ne pas tout enlever non plus. Il s’agit pour moi de trouver un équilibre propre à chacun avec lequel on se sent bien et oú la frustration ne doit pas être un ingrédient omniprésent. Vivre frustré ce n’est pas drôle et en plus c’est la porte ouverte à tomber dans des comportements excessifs à un moment où un autre. Donc cherchez votre équilibre si vous êtes dans ce genre de démarche. Trouvez ce qui fonctionne pour vous à moyen et à long terme. Que ce soit sans gluten, vegan, un rééquilibrage alimentaire, sans produits transformés (bon courage), sans glucides … peu importe. L’idée est de trouver ce qui vous convient, qui vous permet d’être en bonne santé et de conserver un poids de forme qui vous convient. 

Et surtout je crois que chacun a sa définition de sain. Car à vouloir faire trop sain ça en devient parfois maladif…donc malsain…

Et toi ? Tu as changé des choses dans ton alimentation ? Partage en commentaires.

    Un commentaire

  1. Youmna S. 24 avril 2018 at 21 h 53 min Répondre

    Merci pour cet article à la fois instructif, réaliste et encourageant!

Laisser un commentaire