Manger sain sans être frustrée c’est possible. Si, si je vous le garantis…c’est ce que je fais au quotidien. Je suis capable de regarder les autres manger une tarte tatin sans y toucher. Je ne meurs pas d’envie pour autant et j’apprécie mon petit yaourt nature. Je me propose de partager avec vous mes petites astuces pour gérer mon alimentation et surtout mes astuces anti-craquages désastreux qui sabotent toute une semaine de sport et de bon « comportement », de bonne gestion alimentaire . Il n’y a rien de révolutionnaire ni de miraculeux….mais encore faut il y penser et le garder en tête à tous moments.

Mais attention âmes sensibles s’abstenir…Je ne vais pas y aller de mains mortes et l’une de mes astuces peut paraître un peu extrème, mais bien appliquée, croyez-moi ça fera son petit effet.

Du bonheur à court terme

Lorsque l’on rêve d’une méga pizza, ou d’un gros hamburger frites suivi d’une glace double caramel ! Miam ! Oui c’est bon ! Oui ça chante dans la bouche ! Le gras, le sucre, les saveurs envoient directement à notre tour de contrôle (le dit cerveau) un joli petit message et tadam!  Feux d’artifice d’hormone du bonheur alias sérotonine (entre autres, je ne suis pas spécialiste scientifique).

On est bien, heureux, rassasié et si en plus on a partagé ce bon repas bien calorique avec des gens que l’on aime alors là c’est jackpot, on en redemande! 🙂

Mais une fois ces calories avalées, le plaisir passé…. Qu’advient-il de notre cour instant de bonheur ?

Malheur… notre extase alimentaire sera-t-elle envoyée au rayon stockage, graisse, cellulite et kilos en trop ? Peut-être pas en un seul repas…Mais si on a tendance à s’autoriser trop de petits plaisirs sucrés et gras et qu’en plus on ne fait pas de sport…alors à nous la balance qui se moque de nous, le slim trop petit et la vilaine cellulite qui une fois qu’elle a posé ses bagages ne veut plus s’en aller ! Elle squatte et elle est coriace ! Mais alors ? Que faire ?? De ma vie ne plus manger de chocolat ou de frites pleines d’aioli ?

Non ! Tout extrême est mauvais…sauf bien sur si on a un régime alimentaire très strict allié à une pratique sportive intense et à un objectif pointu.

Agir en pleine conscience

Pour moi le nerf de la guerre est de faire de ces moments de pur plaisir alimentaire des occasions à savourer et pas des habitudes ancrées.

Ce que je fais lorsque je veux craquer sur un aliment, plat ou autre gourmandise et que je sais que je ne dois pas… Je me pose la question, est-ce que ce que je vais manger vaut vraiment la peine ? Et je mets en place ce petit protocole ….un peu violent voir sadique je vous préviens mais ….puissamment efficace! 😊

  • Je ferme les yeux et je m’imagine le devenir de mon repas.
  • J’imagine l’endroit qu’il choisira de « remplir » une fois digéré.
  • Je visualise la cellulite se placer à l’endroit que je déteste le plus (chez moi c’est les jambes, au-dessus des genoux).
  • Et je me visualise avec le slim qui ne ferme plus….à cause d’une zone qui déborde….

C’est assez radical! C’est même assez douloureux! Oui je vous l’accorde c’est une astuce un peu sado mais  au lieu pleurer après parce que je ne suis pas contente de moi, que mon corps est ceci ou cela, je préfère juste l’avoir vécu mentalement quelques minutes plutôt que de me battre avec mes kilos de trop pendant plusieurs semaines à souffrir pour les perdre. Du coup, au lieu de m’enfiler un snikers ou un paquet de M&M’S, je vais savourer une pomme et un yaourt. C’est moins folichon pour les émotions mais mon physique sur le long terme est plus important pour moi que le plaisir immédiat qui s’envole très vite et qui plus est laisse la place à « un gout de pas assez » ou un vilain sentiment de culpabilité.

C’est cruel hein ? Mais testez et vous m’en direz des nouvelles.

 

Manger suffisament

Le truc qu’on nous dit et qu’on nous redit depuis des lustres. Il faut manger suffisamment car quand on a faim on finit par faire n’importe quoi. Il faut donc prendre la précaution de sortir de table avec l’estomac suffisamment plein…bon pas au point d’exploser non plus. Il faut savoir s’arrêter avant.

Moi je me dis que si mon estomac est sur le point d’exploser à 10 (une sorte d’échelle de 0 à 10) j’aime bien avoir la sensation entre 7 et 8…. Histoire de ne pas avoir le ventre trop lourd pour retourner bosser ou pour me coucher après.

Mais si vous sortez de table à 5 ou à moins comment voulez-vous ne pas craquer ?

Alors testez cette histoire d’échelle et vous m’en direz des nouvelles. Savoir s’arrêter quand on a atteint son « seuil » même si on a encore à manger dans son assiette en voilà une belle avancée qui porte ses fruits sur le long terme. Manger ce dont notre corps a besoin et pas plus.

La gestion des assiettes

Ça à l’air tellement évident….mais souvent on ne le fait pas. Par manque de temps ? Par manque d’habitude ?

  • Préparer une assiette

Principe simple…. je prépare tout dans une ou plusieurs assiettes  en quantité suffisante mais je ne me ressers pas. Avec le temps j’ai appris à cuisiner les bonnes quantités….Je cuisine en nombre de portions donc y en a pas en plus. Ça évite de manger plus que de raison et ça évite le gaspillage.

  • Bien présenter son assiette.

Quand on va dans un resto on est souvent sous le charme de ce que l’on voit dans notre assiette. De la même façon sur les blogs culinaires on sera plus facilement attiré par ceux qui proposent de belles photos et avec de jolies mises en scène. Toujours pas convaincus ? Pensez à la publicité….ça ne vous est jamais arrivé d’acheter un truc trop beau trop appétissant et au final qui ne ressemblait pas du tout à ce que vous avez vu à  la télé ?

Prenez le temps de vous dresser une belle assiette…. Comme au resto, mais sain et en quantité raisonnée, vos yeux vous diront merci et votre estomac aussi.

  • La taille des contenants

Lorsque j’emporte mon repas au travail j’aime bien le mettre dans plusieurs petites boites. J’ai l’impression que j’ai beaucoup à manger. Lorsque j’attaque ma 3ème boite….mes yeux et mon estomac sont déjà bien contents…et je sais qu’en plus après ça j’ai encore mon yaourt donc j’agis de façon stratégique sur l’idée de satiété pour mon cerveau et mon estomac.

Pareil pour votre assiette : une immense assiette vide et vous commencerez votre repas en ayant déjà installé l’idée de frustration …. Vous l’aurez fait vous-même. Alors choississez la taille de votre assiette pour que ça soit une assiette bien pleine. Ça semble évident…mais est-ce que ça l’est vraiment?

Personnellement ce qu’il y a dans l’assiette ci-dessous est appétissant, surement nourissant (c’est une photo trouvée sur le net) mais moi j’ai faim avant de commencer car pas assez remplie à mon avis… je ne veux pas voir mon assiette…du coup je prends une assiette légèrement plus petite pour faire genre elle  vraiment trèees pleine.

 

Un craquage ? Y a pas mort d’homme.

Si malgré tout on craque ? Nous sommes des êtres humains qui vibront au rythme de nos émotions, donc c’est normal que parfois on a plus envie du plaisir à court terme que de la raison et de l’installation d’habitudes sur le long terme plus favorable à notre santé.

Donc si on craque, on assume, on en profite! Oui on profite de chaque bouchée (avec les yeux fermés 🙂 ) on fait augmenter la sensation de bonheur, on savoure chaque seconde! … et on oublie par la suite. On reprend ses bonnes habitudes et on ne s’affame pas pour essayer de rattraper le coup.

Maintenant si ces craquages c’est tous les jours et tout le temps… Si on n’a pas de problème de poids, un corps qui gère bien tout ça ! Et bien cool ! Après tout, qui ne rêve pas de ça ? Mais il me semble que nous sommes peu de chanceux à pouvoir dire cela…. Donc si ce n’est pas que occasionnel il y a un réel travail à faire plus sur la relation avec la nourriture que sur l’équilibre alimentaire dans un premier temps… Mais déjà s’efforcer de faire quelque chose de différent pourrait être un premier pas… Pourquoi pas une de mes astuces?

Et vous ? C’est quoi vos trucs pour éviter les craquages et autres « débordements » alimentaires?

    9 commentaires

  1. Elodie 14 septembre 2017 at 20 h 43 min Répondre

    Moi, pour éviter les craquages, je m’offre des petits plaisirs. J’ai par exemple une tablette d’un bon chocolat noir (que je cache de on mari) et je m’OFFRE un carré, que je déguste sans culpabilité( comme tu le dis) de temps en temps. En général ça reste raisonnable ( une fois par semaine) mais sinon, je compense en faisant plus de sport et en mangeant un peu plus light le lendemain. Le fait de me dire que j’y ai droit me facilite les choses j’ai l’impression, c’est moins tenant si ce n’est pas interdit …
    Et puis je sais aussi que je surveille ma ligne pour moi, pour mon bien, et que c’est le fait de m’occuper de moi qui est le plus important dans la démarche ( je n’ai pas d’objectifs aussi spécifiques que toi) alors je pese le pour et le contre…. cette énorme coupe de glace me fait elle vraiment envie? ce qu’elle m’apporte en douceur, etc vaut de retarder mon « corps de rêve » ? 😉
    Mais je vais essayer la vision d’horreur , ça a l’air pas mal!
    xo

    • Emmanuellerun 15 septembre 2017 at 10 h 02 min Répondre

      héhé! 🙂 Trop drôle le coup de cacher la tablette de chocolat à son mari! Mais je comprends l’idée! 😉 Quand il s’agit de chocolat…
      Je confirme que l’idée que ce ne soit pas interdit rend les choses plus simples dans la tête et vu que c’est là que tout se passe.
      La vision d’horreur…Oui c’est un assez bon résumé de ce que je fais… Tu me diras ce que ça a donné. A plus

  2. Nadège 15 septembre 2017 at 18 h 23 min Répondre

    Merci pour ces précieuses techniques, la vision d’horreur est très tentante, je pense que je vais essayer.
    Sinon moi lorsque j’ai envie d’un gâteau, je prends le temps de le savourer jusqu’à la dernière bouchée. Afin que je l’apprécie vraiment, en fermant les yeux, et comme tu dis on n’est pas à l’abri de ses émotions et souvent ce sont eux qui prennent le dessus.
    J’adore ton article, il m’aide à y voir plus clair lorsque j’ai envie de gâteaux😋. Je pense qu’il y a encore du boulot pour maîtriser mes envies mdr 🤣

    • Emmanuellerun 18 septembre 2017 at 17 h 57 min Répondre

      🙂 Le but n’est pas de maîtriser toutes ses envies…mais plutôt de ne pas laisser nos envies nous maîtriser! 😉 La vision d’horreur! Héhé! Je vois que ça y est ma technique sadique a été baptisée! Elle est cruelle mais diaboliquement efficace. Tu me raconteras… 🙂

  3. Ludivine 17 septembre 2017 at 7 h 20 min Répondre

    Je me régale et me languis toujours de Lire tes articles qui ont également contribués à mon objectif actuel 😊, pour éviter les craquages , je me connecte très très fort à mon résultat final , celui que je veux atteindre , Je me visualise , et je ressens tout comme si j’y étais déjà , ça me booste , et hop la motivation prend un gros élan , au lieu de laisser squatter la cellulite , Je squate 🏋🏻 ( rires 😋) …

    • Emmanuellerun 17 septembre 2017 at 9 h 52 min Répondre

      Bonjour Ludivine,
      Merci pour ce retour! Je suis toujours contente d’apprendre que j’ai contribué à un objectif surtout s’il est sportif. Lorsque j’écris mes articles j’ai envie de dire à toutes que l’on peut tout faire, tout changer avec de la volonté. ALors oui cela demande de la constance, de la rigueur et de rester focalisé sur son objectif mais le jeu en vaut la chandelle comme on dit. On peut être chaque fois mieux…et comme tu le dis… Il faut « squatter ».

  4. Mathilde 17 septembre 2017 at 22 h 25 min Répondre

    Alors comme toujours j’étais ravie de découvrir un nouveau post.
    Ma difficulté principale à moi = ne pas craquer au bureau! Il y a souvent des sucrerires sur un plateau au secrétariat et tout…et c’est dur dur de ne pas craquer surtout quand le stress monte. J’essaye de me limiter à un ti en cas sucré (avec le café d’après repas) par jour, pour le plaisir et en général…ça marche :p Sauf en vacances!

    • Emmanuellerun 18 septembre 2017 at 18 h 01 min Répondre

      Ah….le réconfort d’une douceur lorsque le stress monte! Je pense que cela parlera à beaucoup de monde! 🙂 Quand c’est trop récurrent ce n’est plus sur l’alimentation qu’il faut travailler mais plutôt apprendre à gérer son stress…mais là ce sera pour un autre article! 😉
      Et en vacances….l’idée c’est de se faire plaisir…alors le débat n’est plus le même. 🙂

  5. Katy 18 septembre 2017 at 23 h 58 min Répondre

    Eh bien moi j’ai testé la vision d’horreur dimanche… apres une séance matinale de sport, j’ai été au marché forain le ventre vide et l’odeur des samoussas tout chaud etait plus qu’allechante! J’ai visualisé le gras de mon bidon et mes cuisses tremblotantes celluliteuses et hop! J’ai opté pour un bon jus de fruit frais avec de la banane pour avoir quand même qq chose de consistant. Merci pour cette astuce😊

    Mon astuce à moi? Elle est composée comme la tienne de visualisation avec un petit ressentit négatif en plus…bon c’est un peu de La triche ce que je vais raconter car Dame Nature m’est d’une grande aide pour le coup. J’ai La « chance » de ne pas digérer les produits laitiers…donc il y a pas mal de trucs que je ne dois pas manger. parfois j’accepte d’avoir mal au ventre qd j’ai vraiment très envie d’une crème glacée par exemple ou un bon thé au lait. Mais la plupart du temps, j’ai juste à me remémorer l’inconfort dans lequel ca me met pendant plusieurs jours qd j’ingère des produits laitiers, en visualisant mon ventre mega gonflé dans mes vêtements et en ressentant la douleur, La gêne au niveau du ventre… et ca calme plutot rapidement mes envies…
    A bientôt

Laisser un commentaire